Créer un Blog

Jeudi 6 décembre 4 06 /12 /Déc 21:58

"Une médiation internationale ne doit pas favoriser une partie ou une autre, sous peine de perdre sa crédibilité". Réagissant à l'appel lancé mercredi soir par Nicolas Sarkozy, les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont invité jeudi le président français à plus d'impartialité s'il souhaite obtenir la libération de la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt et d'autres otages. Dans son communiqué le mouvement marxiste juge toutefois "louable" l'initiative du chef de l'Etat. Et d'ajouter : "Mais un échange est un échange. Tout accord international sur ce sujet doit le reconnaître".
 
Dans le message qu'il a adressé mercredi à Manuel Marulanda, chef des Farc, le président Sarkozy dit ne pas partager les idées du mouvement de guérilla et condamne ses méthodes, en particulier l'enlèvement. Dans le message adressé à Ingrid Betancourt, le président a voulu lui dire "tenez bon", a précisé jeudi le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, alors qu'elle est apparue très démoralisée dans la vidéo diffusée le week-end dernier. 

Interrogée au 20h de TF1 jeudi, Mélanie, la fille d'Ingrid Betancourt a affirmé que l'appel de Nicolas Sarkozy leur "donnait de l'espoir" et s'est dite sûre qu'il allait "faire bouger les choses". Un tel message "est quelque chose d'exceptionnel", a-t-elle déclaré.

Par will - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 19 juillet 4 19 /07 /Juil 01:21
1709055905-bapteme-du-feu-pour-la-ministre-francaise-de-la-justice.jpg Les députés ont adopté mercredi soir le projet de loi sur la récidive, qui instaure des peines plancher en cas de récidive et écarte l'excuse de minorité dans certains cas pour les mineurs.

Le texte a été adopté par 144 voix contre 93. Les groupes UMP et Nouveau centre ont voté pour, tandis que les socialistes et le groupe "Gauche démocrate et républicaine" l'ont rejeté.

La garde des Sceaux Rachida Dati s'est félicitée de cette adoption. Le projet de loi, déjà approuvé par le Sénat le 5 juillet dernier, sera soumis à la commission mixte paritaire avant son vote définitif d'ici la fin de la session extraordinaire.

"Ce projet de loi équilibré respecte les principes de proportionnalité et d'individualisation des peines", estime dans un communiqué Rachida Dati. "Il a pour objet de marquer un coup d'arrêt à l'inquiétante progression de la récidive des mineurs, sans remettre en cause la spécialisation des juridictions pour mineurs et la priorité donnée aux mesures éducatives".

Le projet de loi fixe des peines minimales applicables tant aux majeurs qu'aux mineurs en cas de récidive. Il ne remet pas en cause le principe constitutionnel d'atténuation de la responsabilité pénale des mineurs, mais prévoit qu'elle soit écartée pour les multirécidivistes de 16 à 18 ans ayant commis un crime ou délit violent ou de nature sexuelle. Ils encourront la même peine que les majeurs.

Le texte instaure par ailleurs une obligation de soins pour les délinquants sexuels condamnés à des peines de prison. Les détenus qui refuseront les soins proposés par le juge d'application des peines ne pourront bénéficier ni des réductions de peine, ni d'une libération conditionnelle.

Par will - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 juin 1 25 /06 /Juin 09:43
L'UMP va se doter d'un "groupe de réflexion" sur la TVA sociale, annonce Patrick Devedjian dans un entretien au Journal du dimanche, "La TVA sociale n'est pas encore un projet, contrairement à ce que dit la gauche, pour effrayer l'opinion publique, et les conservateurs de tous poils", dit-il.
Ce groupe de réflexion sur le sujet sera dirigé par le député du Val d'Oise Jérôme Chartier, afin d'évaluer la TVA sociale avec des experts. Ce groupe d'étude se rendra également dans les pays où cette TVA sociale a été appliquée.
Par will - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 19 juin 2 19 /06 /Juin 18:56
Plus étoffé avec 33 membres, dont le Premier ministre François Fillon, le nouveau gouvernement intègre 13 nouveaux entrants, dont quatre femmes. "Fillon II" compte au total onze femmes.
Christine Lagarde, 51 ans, se voit promue au poste de ministre de l'Economie, des Finances et de l'Emploi - une première pour une femme en France.Cette ancienne avocate d'affaires succède à Jean-Louis Borloo, choisi pour être le nouveau ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables, en remplacement d' Alain JUPPE, battu dimanche au second tour des élections législatives dans sa ville.

La composition du gouvernement, qui jusqu'à la dernière minute a nécessité de délicats ajustements (François Fillon est resté mardi matin plus de deux heures à l'Elysée), réserve quelques surprises : la nomination de Fadela Amara, présidente de "Ni putes ni soumises", à la politique de la Ville ,de Bernard Laporte, sélectionneur du XV de France, à la Jeunesse et aux Sports. Ce dernier prendra ses nouvelles fonctions fin octobre, à l'issue de la Coupe du monde de rugby, de Rama Yade, 30 ans, étoile montante de l'UMP d'origine sénégalaise, au secrétariat d'Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l'homme. Elle est la benjamine du gouvernement.
Outre Fadela Amara, classée à gauche, le chef de l'Etat a gagné l'assentiment du sénateur-maire de Mulhouse Jean-Marie Bockel, qui hérite du secrétariat d'Etat à la Coopération et à la Francophonie auprès de Bernard Kouchner. Dans la continuité de l'ouverture au centre, le chef de l'Etat a nommé en effet l'ex-UDF  André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), secrétaire d'Etat à la Fonction publique.Seul nouveau ministre, à l'Agriculture, Michel Barnier, évincé après le "non" au référendum du 29 mai 2005, tient quant à lui le porte feuille del' Agriculture.

Par will - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 18 juin 1 18 /06 /Juin 17:09
Le président de la République a reconduit lundi François Fillon dans ses fonctions de Premier ministre et l'a chargé de former un nouveau gouvernement, dont la composition devrait être annoncée mardi. Mais ce qui devait se limiter à la nomination d'une poignée de secrétaires d'Etat - une dizaine au maximum - pour compléter l'équipe formée après la présidentielle a viré au casse-tête. Le ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables, battu dans sa circonscription de Bordeaux, était une pièce maîtresse du premier gouvernement du quinquennat de Nicolas Sarkozy, dont il était le numéro deux et le seul ministre d'Etat. Alain Juppé incarnait avec l'autorité et l'expérience d'un ex-Premier ministre et ancien chef de la diplomatie, l'engagement du chef de l'Etat à faire de l'écologie et du développement durable une priorité. Qui pour le remplacer?? Seule certitude: il n'est pas question que le chef de l'Etat déroge à la règle édictée avant les législatives par François Fillon contraignant tout ministre battu à démissionner, pour garder Alain Juppé au gouvernement. RéPonse demain.
Par will
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus